L’actu insolite du jour : Après la box spéciale mariage, voici la « divorce box » !

Marre de ses chaussettes qui traînent, de son haleine de cheval et de ses critiques incessantes ? Avec Divorce Privé, nul besoin de faire davantage d’efforts, offrez-vous un divorce !

Créé par Ingrid Tordjman, avocate au Barreau de Paris, le site Divorce Privé propose désormais la Divorce box ! Une procédure sur le mode de l’humour, simplifiée sous forme de formules et au forfait.

En France, des sites proposent déjà de divorcer en ligne et à moindre coût, à l’instar par exemple de Divorce pour tous. En revanche, le concept de box cadeau est une nouveauté !

Pour faire simple, comme l’indique le site : « La Divorce box propose donc aux futurs divorcés une procédure simple, en trois étapes, et rapide en accord avec la réforme du divorce amiable applicable depuis le 1er janvier 2017 ».

Trois formules tout compris 

Si vous souhaitez mettre fin à votre mariage, vous avez donc le choix entre trois formules, chacune s’adaptant à la demande et à diverses situations tout en restant bien dans le cadre d’un divorce à l’amiable. 

Pour 295€ par époux (590€ les deux), la première formule s’adresse aux couples sans enfant ni bien immobilier. Ensuite, pour 395€ par époux (790€ les deux), vous pouvez opter pour la seconde, pour un divorce avec enfant(s) ou avec bien(s) immobilier(s). Troisième et dernière option : le divorce avec enfant(s) et avec bien(s) immobilier(s) pour 495€ par époux (990€ les deux). Pour un divorce, c’est pas cher payé…

Dans les trois cas, la Divorce box inclut une hotline pour les époux, la rédaction de projet de convention par un cabinet d’avocat, l’assistance de deux avocats indépendants et les formalités de transcriptions sur les actes d’état civil. Elle est pas belle la vie ?

Si ces box d’un nouveau genre ne font pas l’unanimité, gageons que l’initiative a au moins le mérite de dédramatiser l’étape de la séparation grâce à une procédure tout en douceur.

Comme quoi, finalement, les histoires d’amour ne finissent pas toujours mal…


Site web
Facebook
Instagram

Twitter 

Crédit photo

Ludivine Veillon