Coin des artistes : Ostkreuz et la condition humaine à la vieille église de Mérignac

En 2018, la vieille église Saint-Vincent de Mérignac  est un lieu désormais uniquement consacré à la photographie. La première exposition de l’année rend hommage à l’agence berlinoise Ostrkreuz à travers des séries photographiques explorant la condition humaine et ce qui la détermine.

Après le succès du deuxième Mérignac photographic Festival, la vieille église Saint-Vincent ouvre à nouveau ses portes dès ce vendredi 12 janvier pour le vernissage de sa nouvelle exposition. « La condition humaine » présente les séries de dix membres de l’agence photographique berlinoise Ostkreuz. Créée à Paris en 1990 à l’image de l’agence Magnum, Ostkreuz se présente comme un collectif de photographes engagés à la fois artistes et documentaristes. L’exposition traduit cet état d’esprit où le photographe sort pour capturer des images qui racontent les autres et parfois soi-même. La réalité, thème du reportage, devient parfois un poème. L’Allemagne divisée puis réunifiée après la chute du mur de Berlin est omniprésente dans les murs de la vieille église de Mérignac.

L’exposition retrace l’histoire de l’agence et de ses membres humanistes. Des séries de quatre de ses fondateurs sont présentées au public, face à celles d’une génération plus jeune, de nationalités différentes. Les clichés explorent à leur manière les relations entre les humains et le monde, les structures qui les entourent. Ils nous plongent à leur manière dans l’histoire politique, sociale, culturelle et la géographie de l’Allemagne avant et après 1989. Il est question de frontières, parfois tangibles, tantôt invisibles. L’hier et la modernité, la vie et la mort, les hommes et l’autorité, la société et ses périphéries marginales. Le temps passe. Les hommes se ressemblent et se distinguent. L’Europe s’invente.

Les séries dialoguent entre elles. Deux époux, parmi les sept fondateurs de l’agence, Werner et Ute Mahler, ont exploré l’individu et le vivre ensemble sur le long terme. Dans la nef centrale, les séries de Sybille Bergemann  et Stéphanie Steikopf se répondent. Les maisons préfabriquées, espoirs architecturaux d’égalité, de liberté et de croissance, montrent leurs faiblesses. Les troubles, les conflits transparaissent. Les hommes sont marginalisés, de la RDA aux nations sur les berges de la mer Caspienne (Mila Teshaieva), jusqu’à une zone de hors-la-loi à Tel Aviv (Tolias Kruse). La série de Thomas Meyer nous plonge quant à elle dans le souvenir terrifiant de la Stasi. A part, le travail de Heinrich Holtgreve interprète Internet, partant de ses infrastructures physiques à sa symbolique.  Enfin, cet unique cliché de Linn Shröder, sacralisé au chœur de l’église. Autoportrait intime d’une femme blessée par la maladie, combattant la mort en donnant la vie.

L’exposition a été créée en partenariat avec le Goethe-Institut de Bordeaux. Une exposition sera consacrée à Maurice Weiss, autre photographe membre de l’Ostkreuz, qui tiendra une université populaire de la photographie le 24 mars à la médiathèque de Mérignac.


La condition humaine. Photographies de l’agence allemande Ostkreuz
Du 13 janvier au 25 mars 2018
Vieille Eglise Saint-Vincent,  rue de la vieille église, Mérignac
Goethe Institut Bordeaux , 35 rue de Verdun, Bordeaux
http://www.ostkreuz.de/

Visuel : Série « Manhattan » de Stéphanie Steikopf (2009-2012). ©Ville de Mérignac