Le comptoir éphémère fait sa saison d’adieu

Pour fêter les vingt ans et rendre hommage au jadis incontournable Comptoir du jazz promis à la démolition, le Comptoir éphémère propose depuis le 4 octobre une dernière vie au club. Le blues et le jazz partagent désormais la scène avec des sonorités diversifiées et de nouvelles propositions artistiques.

Créé en 1997, l’emblématique Comptoir du jazz célèbre son vingtième et dernier anniversaire en 2017. Dans le cadre du projet Euratlantique, le quai du Paludate attend les chantiers qui donneront à ce quartier un nouveau visage tourné vers la création et les affaires. Plusieurs établissements bien connus des nuits bordelaises comme la discothèque la Plage, la Pachanga, le restaurant Le Port de la Lune devraient disparaître courant 2018 au même titre que le Comptoir du jazz.

Le 4 octobre dernier, Benoit Lamarq et sa petite équipe aidée par l’association [at] Evénement inauguraient le Comptoir éphémère au numéro 59. A cette adresse, le Comptoir du jazz s’était arrêté quelques temps et reprenait l’année dernière dans un esprit plus club house qu’à ses débuts.

Pour donner une nouvelle touche à ce club tout en rendant un bel hommage au Comptoir, incontournable scène jazz et blues de Bordeaux, Benoit Lamarq, également directeur artistique du Caillou au jardin botanique, ouvre la scène à de nouvelles perspectives artistiques. Côté musique, jazz et musiques du monde gardent une part importante de la programmation. Agrandie, l’estrade porte encore les sonorités afrobeat funk de ces dernières années, et se pose comme un tremplin éphémère pour la scène rock alternative bordelaise. La chanson s’invite également dans l’atmosphère chaude, en rouge et noir.

Autour du comptoir, les tabourets vintage et les canapés rétro rappellent les glorieux temps du club, tout en osant des esthétiques plus tranchées. Le club devient ainsi un espace d’exposition et s’ouvre au théâtre, à la danse ou encore au cabaret musical. A la nouvelle installation sonore s’ajoute un inédit, le système de captation audiovisuelle pour les artistes. Les concerts seront filmés et retransmis en direct en streaming et à moitié prix sur la chaîne Youtube du Comptoir éphémère. Le club espère ainsi reconquérir sa clientèle originelle parfois égarée en chemin, tout en donnant envie à un nouveau public de faire vivre la salle jusqu’au dernier tomber de rideau.

Le comptoir se veut aussi un lieu vivant en journée, devenant un centre de ressources avec l’organisation de masterclass de professionnels de la musique. Les « transmissions days » devraient avoir lieu deux fois par mois, suivies par un concert en soirée en lien avec la problématique de la journée.

La question du clap de fin lui est souvent posée mais l’équipe du Comptoir éphémère n’a pas de réponse. Elle espère être là jusqu’à fin de saison, en juin. Les programmations sont alors construites mensuellement avec de vrais temps forts et toujours une grande place offerte à la scène locale.

Prochainement, le Comptoir éphémère attend le folk groove et la boîte magique de Mary L’*Astérisk (21octobre), le jazz actuel du Bounce Trio (le 28 octobre), des rendez-vous récurrents comme celui du jeune collectif multiformats La Veilleuse mêlant poésie, rock et dj set dans une seule nuit, ou les soirées tropicales avec concert suivi des Apéros Tropicaux du Dj Set Electro tropical. Côté spectacle, le club accueillera le cabaret burlesque des ConcertRistres ce jeudi 19 octobre. Pour le mois de novembre, la programmation dévoile déjà le concert soul-funk de Shaolin Temple Defenders pour deux dates les 10 et 11.


Comptoir Ephémère
59, Quai de Paludate, Bordeaux
https://comptoirephemere-bordeaux.com
Facebook