Le départ d’une légende

Une grande figure de la culture française nous a quittés dans la nuit du 4 décembre.

À l’âge de 92 ans, ce grand homme laisse un parcours exceptionnel derrière lui qui devrait en inspirer plus d’un.

Né à Paris le 16 juin 1925, Jean d’Ormesson est fils d’ambassadeur. Normalien, agrégé de philosophie, il se dirige vers une carrière de haut fonctionnaire. Membre de délégations françaises à plusieurs conférences internationales, il entre à l’Unesco où il devient secrétaire général puis président du Conseil internationale de philosophie et des sciences humaines. Collaborateur dès 1949 de plusieurs journaux comme Paris-Match, Ouest-France, Nice Matin, il est rédacteur en chef adjoint de la revue de philosophie “Diogène” entre 1952 et 1971. Il en devient le directeur général en 1976. C’est alors qu’il est nommé directeur du quotidien le Figaro jusqu’à devenir le directeur général jusqu’à sa démission en 1977.

Académicien en 1973 et auteur d’une quarantaine de livres, il possède une corde supplémentaire à son arc : un don pour l’écriture. Son plus grand succès étant La Gloire de l’Empire en 1971, il a été récompensé du Grand Prix de l’Académie Française et s’est vu recevoir la récompense suprême d’entrer dans la collection La Pléiade des éditions Gallimard en 2015, trois ans après avoir fait ses adieux à la littérature.

D’autres grands prix et reconnaissances glorieuses ont été remis à cet homme de lettres, humble, curieux, et passionné par la connaissance. Une belle lumière de la culture française s’est éteinte, même si son nom réapparaîtra dans les rayons “nouveautés” des librairies le 1er février 2018 pour son nouveau livre. Un homme qui nous a déjà tant appris et qui continue à le faire après sa mort.

“Au revoir et merci”


Charlotte Brivio