Home / Actualités  / Pas de refuge périurbain pour Mérignac

Pas de refuge périurbain pour Mérignac

[et_pb_section bb_built=”1″][et_pb_row][et_pb_column type=”4_4″][et_pb_post_title _builder_version=”3.0.95″ title=”on” meta=”off” author=”off” date=”off” categories=”on” comments=”on” featured_image=”off” featured_placement=”below” text_color=”dark” text_background=”off” title_font=”Oswald|700||on|||||” /][et_pb_text _builder_version=”3.0.95″ background_layout=”light” text_font=”Raleway||||||||”]

D’après les informations de Sud-Ouest, le Maire de la commune de Mérignac aurait refusé d’accueillir le 11e refuge periurbain.

Initiée par le collectif les bruits du Frigo, l’installation des refuges périurbains avait pour objectif d’offrir aux riverains et aux marcheurs de passage une retraite spartiate et gratuite, en pleine nature. Ces edifices à l’architecture singulière devaient permettre aux randonneurs de faire à pied le tour de la petite ceinture.

Après Lormont et son Nuage, Bègles et sa famille de hiboux, Floirac et son étoile tombée au beau milieu d’une clairière ou encore Ambarès-et-Lagrave et son prisme du plan d’eau de la Blanche – pour ne citer qu’eux- , c’est la commune de Mérignac qui avait été choisie pour accueillir la 11e oeuvre.

Un projet refusé par la mairie, d’après les information de Sud Ouest. En cause ? La gestion du lieu (le coût est supporté par Bordeaux Métropole), qui ne serait pas “une priorité pour la ville […] le projet n’est pas d’un grand intérêt pour les Mérignacais, notamment pour les habitants de ce quartier qui se soucient déjà d’avoir un toit“, a expliqué le maire de Mérignac (PS) Alain Anziani, au journaliste de Sud-Ouest.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]