Home / Actualités  / Le Chicoula ou l’art de la gastronomie française

Le Chicoula ou l’art de la gastronomie française

[et_pb_section bb_built=”1″][et_pb_row][et_pb_column type=”4_4″][et_pb_post_title _builder_version=”3.0.95″ title=”on” meta=”off” author=”on” date=”on” categories=”on” comments=”on” featured_image=”off” featured_placement=”below” text_color=”dark” text_background=”off” /][et_pb_text _builder_version=”3.0.95″ background_layout=”light”]

L’humoriste français Pierre Dac disait « de tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux ». Une philosophie désormais partagée par un nouveau bistrot à Bordeaux : le Chicoula. Niché dans la rue de Cursol, on y déguste une cuisine de terroir digne des plus grands chefs ! À découvrir sans plus attendre. 

Simple, chaleureux, élégant… les qualificatifs ne manquent pas pour décrire le Chicoula. On y retrouve l’esprit des grands bistrots parisiens, avec leurs carreaux de marbre posés au sol, leurs canapés en cuir noir et leurs tableaux d’art fixés au mur. 

À table, l’oeil est également attiré par les quelques tulipes jaunes disposées sur le comptoir, aussi discrètes que les fines dorures qui ornent les assiettes et autres pièces de vaisselle. De petits détails d’où le restaurant tire tout son charme. 

Une « cuisine instinctive faite avec le coeur »

En langue d’oc, chicoula signifie siroter, déguster. Guénaël Avy a ainsi baptisé son établissement en hommage à ses débuts. Pour lui, tout a commencé chez Alain Ducasse, à la Bastide de Moustiers, en Provence. C’est là, dans cet écrin de verdure, que le jeune chef a fait ses premières armes. 

Avec le Chicoula, fraîchement ouvert au mois d’avril, Guénaël revisite aujourd’hui les classiques de la gastronomie française. Une cuisine d’auteur, aussi bien influencée par ses voyages en Asie, en Polynésie ou encore aux Antilles, où il a découvert d’autres saveurs et techniques culinaires, que par les chefs avec qui il a grandi, de Jean Coussau à Frédéric Bacquié.

Du mardi au samedi, le chef propose ainsi une ardoise gourmande qui évolue au gré des saisons et du travail des producteurs locaux. Une ardoise aux prix certes un peu élevés mais dont la qualité les justifie volontiers. Comptez notamment 21€ pour un accord met et vin, 29€ pour une formule entrée/plat/dessert et jusqu’à 59€ pour le menu dégustation. 

Proposée à la carte, un méli-mélo d’asperges blanches servies avec un sabayon aux agrumes et une salade d’asperges vertes nous met en bouche. Tantôt cuites, tantôt crues, le mélange des textures et des saveurs est parfaitement maîtrisé. 

En plat de résistance, on opte ensuite pour le mignon café dont le nom ne laisse guère de place au mystère. Associé à du chou kale et des dattes pour un arrière-goût sucré, ce filet mignon de porc au café régalera les épicuriens dans l’âme et autres curieux des papilles. 

Quant au dessert, que l’on ne mange bien évidemment que par gourmandise, on craque pour un dôme en chocolat garni d’une mousse cacaotée, de praline et d’agrumes ! Une douceur à la fois croustillante, fondante et quasi-addictive… 

C’est sûr, on reviendra ! 


Ouvert du mardi soir au samedi soir
22 Rue de Cursol 33000 Bordeaux

Plus d’infos

Ludivine Veillon 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]