Home / Actualités  / Bègles : le portrait présidentiel décroché de la Mairie par des militants écologistes

Bègles : le portrait présidentiel décroché de la Mairie par des militants écologistes

Le portrait d’Emmanuel Macron a été décroché des murs de la Mairie de Bègles, le 2 mai dernier, par des activistes dénonçant l’inaction climatique du gouvernement.

C’est désormais un véritable acte de protestation à l’égard de la politique menée par le gouvernement. Mais “le décrochage du portrait du président de la république” des cimaises d’une mairie peut incarner différent combat.
Ainsi, l’action qui a été menée à Bègles, le 2 mai dernier, par onze militants d’Action Non Violente-COP 21, visait elle à dénoncer “l’inaction climatique du gouvernement”.

En décrochant les portraits présidentiels des mairies, et en laissant des murs vides à la place, les activistes d’ANV-COP21 dénoncent l’absence de décisions courageuses et nécessaires du gouvernement face au péril climatique et à l’urgence sociale et dénoncent la faillite du gouvernement à son rôle de protection de la population“, expliquent-ils sur leur site.

Et pour cause, le collectif non violent n’en est pas à son coup d’essai. L’opération baptisée “sortons Macron”, en cours depuis le 21 février,  totalise 35 réquisitions de portraits présidentiels. Pour ces décrochages en série, qui ont été suivis de 33 gardes à vu, 31 perquisitions et 22 convocations à un procès, les activistes risquent jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Soutien du Maire de Bègles

Clément Rossignol Puech, Maire de Bègles et Vice-président de Bordeaux Métropole. Président de l’Agence Energie Climat Bordeaux Gironde, a, de son côté, affiché son soutient à Action Non Violente-COP 21, en se fendant d’un tweet.