Home / Actualités  / Une Bordelaise sillonne la France à vélo, à la rencontre des porteurs de projets écolo

Une Bordelaise sillonne la France à vélo, à la rencontre des porteurs de projets écolo

4 mois de voyage, 4 000 km à parcourir à vélo, 80 initiatives citoyennes à découvrir et l’hexagone à traverser, le tout sans générer de déchets. Voilà le défi que s’est lancé Marion Gruwé, une jeune bordelaise qui souhaite éveiller les consciences sur l’urgence climatique.

 

Certains s’inquiètent du changement climatique. D’autres agissent. Marion Gruwé, normande d’origine, et bordelaise d’adoption, appartient clairement à la seconde catégorie.

 

Après un brillant parcours – étude d’ingénieur, premier CDI signé chez EDF – elle décide de rompre avec un mode de vie qui ne correspond plus à ses idéaux. Elle claque la porte de l’entreprise où elle travaille depuis 3 ans, adopte une alimentation végétarienne, locavore, se convertit au mode de vie zéro déchet et se forme à la permaculture. Mais ce n’est pas suffisant. La jeune femme de 24 ans cherche à ouvrir d’autres portes, afin de mettre en pratique plus efficacement son engagement écologique. Aussi, avec l’ambition d’ouvrir un tiers lieu en Gironde, elle enfourche son vélo, le 12 mai dernier, pour partir à la découverte des initiatives citoyennes de France. Un tour de 4 mois, et de 4000 km selon ses estimations.

Un voyage découverte, écolo et 0 déchet

Ambitieux, son parcours la mènera, selon ses plans, dans une recyclerie, notamment, à Toulouse, avant de rejoindre le sud de la France. Puis, elle fera une halte dans des eco-villages d’Ardèche avant de remonter vers le nord, Dijon, Strasbourg, Dunkerque, et reviendra doucement, par la côte Atlantique. Ce parcours la mettra également sur la route de villes dites “modèles” ainsi que de jardins et ruchers partagés.

 

En cohérence avec son projet, et afin de multiplier les rencontres, elle dormira tant que faire se peut chez l’habitant, en utilisant l’application warm shower notamment (le couchsurfing du cycliste). Le woofing – travaille à la ferme en échange du gîte et du couvert- fait aussi parti de ses plans. « Malheureusement, il me faudra un peu d’argent pour mener à bien mon projet », s’amuse -t-elle, presque désolée.

 

Le voyage sera filmé et documenté par ses soins, et diffusé sur les réseaux sociaux. Elle ambitionne de partager avec les internautes des solutions simples, concrètes et accessibles à tous pour agir ensemble face à l’urgence climatique.

 


Vous voulez suivre son périple ? C’est par ici !
Facebook Instagramsite internet