Home / Carnet d'adresses  / Restauration  / La Grande Maison

La Grande Maison

 

Table étoilée, hôtellerie de luxe et circuit œnotouristique d’exception… Bernard Magrez cultive, dans cette somptueuse demeure du 19e siècle très justement baptisée « Grande Maison », l’art de recevoir sous toutes ses formes. 

 

L’histoire veut que Léon Duguit, juriste bordelais, frustré de n’avoir pu acquérir le Château Labottière lui faisant face (où siège aujourd’hui l’Institut Culturel), a fait ériger son propre édifice dans un style similaire. Un somptueux hôtel particulier de pierre blanche qui a vu le jour au 19esiècle dans la rue Labottière.

 

Propriété de Bernard Magrez depuis 2014, cette bâtisse unit aujourd’hui, selon le souhait de l’homme d’affaires, un hôtel, désormais auréolé de cinq étoiles, ainsi qu’un restaurant détenteur de deux macarons au guide Michelin.

Élégance et raffinement à l’honneur

Quelques marches séparent le jardin du hall, majestueux, d’où s’élève l’imposant escalier de pierre. À l’étage : cinq chambres baignées d’une lumière naturelle attendent la clientèle. La sixième, la plus spacieuse, est installée dans l’annexe du jardin à l’abri des regards. De 25 à 45 mètres carrés selon le niveau de standing, ces espaces offrent aux visiteurs un calme reposant. Un luxe, à quelques pas seulement du centre-ville bordelais et de son exceptionnel patrimoine.

 

Dans les chambres, Frédérique Fournier, qui signe la décoration de l’hôtel, a opté avec goût pour un style Napoléon III. Le raffinement se niche dans chaque détail, des bureaux Second Empire aux soieries murales brodées de la maison Pierre Frey, que l’on retrouve également en liseré sur les oreillers disposés sur le lit « king size ». Tout ici porte le sceau de l’élégance. De la modernité aussi, dans les salles de bain flambant neuves, arborant des carreaux de faïence immaculés, façon « métro parisien » et un plan de travail en marbre.

 

Un luxe qui caractérise aussi la large gamme de services proposés par la conciergerie. Outre le verre de vin d’accueil offert par Bernard Magrez à l’arrivée de ses convives, la singularité de l’établissement repose bien évidemment sur la richesse des circuits œnotouristiques proposés aux amateurs. Premier amour de l’homme d’affaires aux 40 Châteaux. En hélicoptère, ou accompagnés d’un chauffeur, les visiteurs pourront parcourir, à leur guise, les vignobles bordelais, ou même s’aventurer aux alentours.

Une table étoilée

En rez-de-jardin s’ouvrent deux salons en enfilade, puis un troisième sur la gauche. Des espaces feutrés d’une trentaine de mètres carrés qui se prêtent aussi bien aux déjeuners d’affaires qu’à un repas intimiste.

 

Sous les œuvres contemporaines empruntées à la collection personnelle de Bernard Magrez, les tables dressées à la perfection attendent les quelque 40 convives du midi. L’établissement affiche complet. Il faut dire qu’avec son menu déjeuner proposé à partir de 60 euros (en 3, 4 ou 6 services), la table de la Grande Maison fait florès.

 

Rendre ces deux étoiles accessibles au grand public a été l’un des grands chantiers de Pierre Gagnaire, qui a repris les rênes de la Grande Maison en 2016. Son second et homme de confiance, Jean-Denis Lebras, a misé, pour cela, sur une matière première locale de saison, moins coûteuse en transport et plus en phase avec ses valeurs écoresponsables. « Nous connaissons tous nos producteurs, les meilleurs de la région. Nous sommes aussi attentifs à leur façon de travailler, au traitement des bêtes, au type de pêche », précise ce breton, amoureux des produits de la mer. Bar de ligne, veaux de la boucherie Collado, agneau du Pays basque… Seuls des produits d’exception sont travaillés ici, nous explique-t-on. Une qualité qui se ressent dans le goût, unique leitmotiv du chef multi étoilé. « Il fait fi des modes, il est juste dans la sensibilité culinaire », souligne son collaborateur. C’est probablement cela qui rend ses recettes si singulières.

 

Après douze ans de collaboration et l’ouverture de nombreux restaurants étoilés, à Londres, Berlin ou encore Hong Kong, Jean-Denis Lebras est aujourd’hui l’une des plus fines lames du clan Gagnaire. Aux commandes des cuisines de la Grande Maison, en l’absence du chef, il décrit son mentor avec une admiration non feinte. « Un génie », selon ses dires, qui « subjugue ses équipes par sa créativité. ». « Parfois, alors que tout est prêt pour un plat, il arrive et nous fait tout changer, parce qu’il a une idée. Et il sort un plat magique à chaque fois. »

 

Mais si la touche créative est souvent l’œuvre du cuisinier aux 13 étoiles, les menus, eux, sont le fruit d’une collaboration entre les deux chefs. Un processus d’élaboration long – une quinzaine de jours – qui nécessite de nombreux tests et dégustations. À la carte du jour, par exemple, un soufflet de haddock accompagné d’un carpaccio de Saint-Jacques juste snackées, puis vient un lieu rôti au beurre demi-sel, et algues fraîches servies avec une pulpe d’orties. Un assemblage entre croquant,fraîcheur des algues et saveur végétale de l’ortie… Tout un poème en bouche.

 

Loin des conventionnelles cartes, c’est un catalogue qui fait étalage des vins proposés. 160 crus classés y figurent, en provenance du terroir bordelais pour la majorité.

 

Fins palais, vous serez chez vous dans cette Grande Maison.


10 rue Labottière, 33000 Bordeaux
Tel : 05 35 38 16 16
reservation@lgmbordeaux.com
www.lagrandemaison-bordeaux.com
Facebook : La Grande Maison
Le restaurant est fermé tous les lundis et mardis.