Home / Actualités  / Le « Bluebus » électrique testé à Bordeaux

Le « Bluebus » électrique testé à Bordeaux

Le Bluebus de Bolloré est en test sur la Liane 15, premier des sept qui vont être testés sur le réseau TBM. L’objectif est le remplacement à Bordeaux des bus diesel par des véhicules électriques, à l’horizon 2022/2023.

 

Une grande phase de test vient d’être lancée dans la métropole, par sept constructeurs qui devront faire leurs preuves, avant qu’un choix final ne soit arrêté.

Six mois d’expérimentation

Pendant les six prochains mois, Bordeaux va être au cœur d’une expérimentation de taille. Les véhicules électriques de sept constructeurs, Alstom Aptis, Bluebus, DCG Yutong, Evobus, Heuliez Bus, Irizar e-mobility et MAN seront expérimentés à tour de rôle, avant qu’une décision finale ne soit arrêtée. Le premier véhicule à être testé est le Bluebus du constructeur Bolloré. 100% électrique, son autonomie est de 200 km.

 

L’objectif est de remplacer des véhicules vieillissants aux problématiques environnementales lourdes. 63 bus fonctionnent encore au gazole, dans une métropole qui nourrit l’envie de se tourner vers des transports plus alternatifs.

 

A l’issue de cette période de test, les différents constructeurs adapteront les besoins de la Ville, et pourront ainsi participer à l’appel d’offre qui sera lancé.

 

Si aujourd’hui 75% des bus du réseau TBM fonctionnent au gaz naturel, l’urgence est pour la métropole de remplacer rapidement ses véhicules polluants. L’objectif a été fixé à 2022/2023.

Une première expérimentation sur la Liane 15

La première phase de test concerne la Liane 15, entre Villenave-d’Ornon et Bordeaux Lac. Une ligne fréquentée, qui doit également respecter l’autonomie du véhicule. Les différents constructeurs devront également, dans leur cahier des charges, augmenter cette capacité d’autonomie. L’objectif est d’être en mesure de couvrir des distances plus importantes. D’après nos confrères de Sud Ouest, le Bluebus de Bolloré mesure 12 mètres, et se recharge en cinq heures pour un coût de 560 000 euros contre 350 000 euros pour un véhicule roulant au gaz naturel.

 


Plus d’infos