Home / Actualités  / Maurice, le coq qui crée la polémique

Maurice, le coq qui crée la polémique

Corinne Fesseau, résidente de Saint-Pierre d’Oléron, est assignée en justice par ses voisins qui ne supportent plus le chant de son coq Maurice. Son audience qui devait avoir lieu ce jeudi 6 juin, a été reportée au 4 juillet prochain.

 

L’histoire de Maurice a de quoi faire sourire. Ce coq orléanais de deux ans est au coeur d’un conflit de voisinage, qui oppose Corinne Fesseau et son couple de voisins retraités.

 

Un bouchon poussé trop loin

Pour les plaignants, qui possèdent cette maison secondaire depuis 2007, l’arrivée de Maurice en 2017 devient alors leur calvaire. Le chant matinal du coq leur est rapidement insupportable, malgré leur présence épisodique dans leur maison de vacances. Ils décident pourtant d’envoyer des courriers à la propriétaire de Maurice, Mme Fesseau, Saint-Pierroise depuis 35 ans, épouse d’un marin pêcheur de l’île. C’est ensuite un huissier qui vient enregistrer trois fois le chant du coq, pour constituer le dossier.

 

Hier, une audience devait mettre fin à ce conflit de voisinage qui dure depuis plus de deux ans. Mais l’audience a été reportée au 4 juillet. Les avocats des parties prenantes souhaiteraient désormais lancer une conciliation, pour que le litige se résolve à l’amiable, “autour d’un apéro, comme on le fait là-bas” a expliqué Me Julien Papineau, avocat du couple Fesseau.

 

Maurice, véritable emblème d’une ruralité en peine

L’affaire, très médiatisée, soulève la problématique d’une ruralité meurtrie, dénoncée par plusieurs riverains et élus locaux. Le maire de Saint-Pierre, Christophe Sueur, a dès le début de l’affaire apporté son soutien à Corinne Fesseau, véritable figure locale, surnommée “la Piaf d’Oléron”. L’édile a décidé de prendre un arrêté pour préserver « les modes de vie liés à la campagne, notamment pour ce qui concerne la présence des animaux de la ferme ». Pour lui, la ruralité avec ses poules, mouettes, ou encore cloches, doit être sauvegardée coûte que coûte. Quant à Bruno Dionis du Séjour, agriculteur retraité et maire de Gajac (Gironde), son cheval de bataille est désormais de faire classer les bruits de la campagne au « patrimoine national ». 

 

Corinne Fesseau a de son côté lancé deux pétitions, qui ont récolté conjointement près de 100 000 signatures. Elle a également organisé une marche avec Maurice à l’été 2017, et crée l’association “les coqs d’Oléron en colère”. Mais si elle peut aujourd’hui compter sur le soutien de bon nombre de voisins, politiques et orléanais, le sort de Maurice reste toujours en suspens.