Home / Actualités  / Bordeaux : quel avenir pour la nuit ?

Bordeaux : quel avenir pour la nuit ?

Pour faire face aux désagréments causés par la vie nocturne bordelaise, et permettre de faire cohabiter “ceux qui s’amusent, dorment, travaillent, créent ou souffrent”, la mairie de Bordeaux planche sur un projet participatif, afin de mettre en place une politique de vie nocturne intitulée “Bordeaux la nuit”. 

 

De plus en plus nombreux dans notre métropole toujours en expansion, les activités nocturnes, restaurants, bars, boîtes de nuit et autres évènements culturels nocturnes ont certes le vent en poupe, mais doivent également parvenir à cohabiter avec ceux qui vivent et travaillent le jour. Cinq commissions thématiques ont été mises en place, sur la vie nocturne, la culture et les loisirs, l’aménagement & mobilités, l’économie et les usagers. Les Commissions permanentes et Conseils citoyens seront au départ consultés, puis un appel à candidature permettra dans un second temps d’y participer.

 

La Vie nocturne, une initiative phare du projet

Si “Bordeaux la nuit” s’articule autour de plusieurs thématiques, celle de la vie nocturne représente une partie importante de la commission éponyme. Un label est en cours d’expérimentation jusqu’en avril 2020, auprès d’acteurs de la vie nocturne (bars, restaurants, boîtes de nuit…) sur la base du volontariat. Pour l’instant, l’expérience est menée dans le secteur du Bassin à flot, puis sera étendue au reste des quartiers de la métropole. Pour les établissements engagés, un label leur sera délivré, en gage de bonne conduite, s’ils respectent le Manifeste : moins de bruit dans la rue, une sécurité accrue pour les clients, afin de satisfaire les horaires de chacun.

Car la cohabitation entre les différents modes de vie posent de plus en plus de problèmes de voisinage à Bordeaux. D’après la mairie, entre 2014 et 2016, une hausse de 75% des verbalisations pour tapage entre particuliers a  été recensée. Dans une ville où 33% de la population a moins de 25 ans, et 41% sont des familles avec enfants, l’enjeu est de taille pour trouver un terrain d’entente.

 

La mobilité en action

La mobilité est essentielle au projet. Celle-ci permet aux fêtards comme aux travailleurs de déambuler la nuit. La Ville précise que 69% des déplacements se font entre 21h et minuit, ce qui représente 1,4 million de déplacements annuels en bus à partir de 21h. Pour faciliter ce type de déplacements, plusieurs mesures vont être mises en place d’après la mairie de Bordeaux.

  • L’extension de la desserte et des arrêts à la demande sur le réseau de transport en commun. Expérimentés sur les lignes de bus 10 et 7, il s’étendra aux lignes 1, 9 et 11.
  • Le développement des plans de mobilités inter-entreprises. La mise en oeuvre de signalétiques innovantes
  • Le lancement d’une nouvelle campagne pour lutter contre le harcèlement dans les transports.
  • Le Pass soirée, valable de 19h à 7h du matin, avec un accès illimité au tramway, bus, batcub et parcs-relais pour 2,40€.

 

De quoi satisfaire toutes les populations qui pratiquent les rues bordelaises la nuit, ou du moins de tenter de les faire cohabiter.