Home / Actualités  / Les trois expositions du moment à Bordeaux

Les trois expositions du moment à Bordeaux

La saison culturelle Liberté! a vu fleurir de nombreuses expositions dans la métropole. Photographie, design, art sont au coeur d’une riche programmation. 

 

En manque d’inspiration pour vos sorties culturelles ? Nous avons sélectionné pour vous trois idées d’expositions, parmi nos coups de coeur du moment.

 

Prendre le frais à la Base sous-marine

 

© John Akomfrah Vertigo Sea

 

Se rendre à la Base sous-marine est déjà en soi une sortie culturelle. Cette ancienne base allemande de la Seconde Guerre mondiale propose des expositions originales, qui s’adaptent au cadre fascinant du lieu.

 

C’est le cas des deux expositions actuelles, Rivages du photographe Harry Gruyaert, et Vertigo Sea de John Akomfrah.

 

Depuis la fin des années 1980, Harry Gruyaert nourrit un culte pour les rivages, des plages et côtes d’Orient et d’Occident qu’il immortalise jusqu’aux années 2000. Photographe belge de l’agence Magnum depuis 1981, ce maître de la couleur transporte son public à travers ses clichés contemplatifs de ces grands espaces du monde entier. De la Baie de Somme au Maroc, Harry Gruyaert immortalise ces instants suspendus qu’offrent les rivages du monde, avec leur colorimétrie exceptionnelle. L’exposition présente une cinquantaine de tirages d’envergure de plus d’un mètre, qui met en valeur l’immensité des paysages d’Harry Gruyaert. Entièrement plongé dans le noir, le spectateur découvre la lueur qui persiste au-dessus de chacune des photographies, installée avec soin.

Un événement incontournable que l’artiste partage avec le réalisateur ghanéo-britannique John Akomfrah qui « narre un récit tragique, poétique et fascinant sur le lien sublime entretenu par les hommes à la mer. » Le littoral n’aura jamais si bien trouvé sa place au cœur même de l’imposant bâtiment.

 

Jusqu’au 22 septembre 2019

Boulevard Alfred Daney 33 300 Bordeaux

 

Le design au coeur du mouvement Memphis

© Madd Bordeaux Laurent Gueneau

 

En 1983, Jacqueline du Pasquier, conservatrice honoraire du musée des arts décoratifs et du design, accueillait à Bordeaux la première exposition dédiée au mouvement Memphis en France. Fondé en 1981 par Ettore Sottsass, la Memphis a révolutionné le monde du design à une période où la modernité et le rationalisme étaient encore de mise. Regroupant de jeunes artistes et architectes, le designer italien a eu la volonté de briser les codes du design de l’époque, offrant désormais une place prépondérante à l’objet. Les formes, les couleurs deviennent les maîtres mots de ce nouveau courant, qui se démarque du design conventionnel existant. Avec la Memphis, il entre dans une nouvelle ère de modernité artistique, qui la changera à jamais. Cette exposition n’a pas été choisie par hasard pour la saison culturelle Liberté !, puisqu’elle interroge sur celle offerte à cette création des années 1980 grâce à l’impulsion de ces artistes. 160 œuvres iconiques sont présentées et mettent en exergue l’audace de ceux qui ont métamorphosé le design.

 

Jusqu’au 5 janvier 2020

Musée des Arts décoratifs et du design, 39 rue Bouffard, Bordeaux

 

It Rains, It Rains au CAPC

CAPC,Ruth Ewan © Arthur Pequin 

 

Née en 1980, l’artiste écossaise Ruth Ewan arrête le temps au cœur de l’imposante nef du CAPC pour une première exposition monographique en France. Elle explore, à travers un travail artistique symbolique, le calendrier républicain, qui remplacera, à l’issue de la Révolution de 1793 et pour douze années, le calendrier géorgien existant. La société toute entière sera restructurée par ce changement primordial de l’Histoire, qui va s’opérer par le changement de son temps. Les mois, semaines, saisons vont être réétudiées, avec l’appui d’artistes, de poètes, de scientifiques et même d’horticulteurs. A travers son exposition It Rains, It Rains en référence à la chanson folklorique « Il pleut, il pleut, bergère » écrite par le poète, acteur et homme politique révolutionnaire Fabre d’Églantine, Ruth Ewan décortique le temps grâce à 360 objets symboliques d’une année. Plantes, minéraux, os, outils, sont autant d’éléments qui lui permettent d’appréhender cette période charnière de l’Histoire, et la symbolique d’un temps insaisissable.

 

Jusqu’au 22 septembre 2019

CAPC, 7 rue Ferrère, Bordeaux