Home / Actualités  / Bordeaux annonce des mesures en faveur des arbres en ville

Bordeaux annonce des mesures en faveur des arbres en ville

Les arbres bordelais sont au coeur de vifs débats depuis plusieurs semaines. Le 2 juillet dernier, 4 platanes cinquantenaires étaient abattus sous les fenêtres de la cité administrative, déclenchant la colère d’associations de défense des arbres, dont le collectif “Aux arbres citoyens”. Ce 8 juillet, la Ville a voulu montrer son engagement lors du conseil municipal, en soutenant “un voeu vers une nouvelle dynamique”. 

 

Si les associations de défense des arbres comptent se mobiliser coûte que coûte, la Mairie de Bordeaux a annoncé hier les mesures de son voeu pour la protection de la plante dans la métropole.

Justifier l’abattage

Lors du conseil municipal, les élus de la majorité ont tenu à rappeler les raisons de l’abattage des arbres à Bordeaux. environ 300 arbres seraient éradiqués par an, dû à plusieurs facteurs : l’état de santé de l’arbre (67% en 2017, 77% en 2018), les projets d’aménagement ou de requalification d’espaces publics (25% en 2017, 18% en 2018), les accidents climatiques (6% en 2017, 3% en 2018).

En effet, l’argument invoqué est que pour mieux assurer la pérennité de la plante, il faut résolument la remplacer dans certaines conditions.

 

Mais selon le palmarès de l’observatoire des villes vertes, Bordeaux, ne compte que 28 m2 d’espaces verts par habitants, contre 48 en moyenne  dans les 50 plus grandes agglomérations de France. Pourtant, la Mairie rappelle que la Ville compte 46 000 arbres, et depuis le plan vert instauré en 2001, pour définir le programme de développement de la nature dans le cadre du projet urbain, “16 000 arbres ont été plantés, soit une moyenne de 941 arbres/an.”

“Accélérer la dynamique d’ « arborisation » de la ville”

Ainsi, lors du conseil municipal réuni hier, a décidé de lancer un “plan « Canopée » et en créant un comité de l’arbre” grâce à plusieurs mesures fortes :

 

 

  • Planter 20 000 arbres d’ici 2025, soit 3000 arbres par an (contre 1000 actuellement) pour augmenter la proportion de surfaces boisées et ombragées dans la ville (notamment : 1000 arbres au parc aux angéliques, 500 au Grand Parc, 6630 sur Euratlantique, 5650 à Brazza, 1500 à Bastide-Niel, 1200 arbres par an dans le diffus, etc.).
  • Lutter contre les îlots de chaleur urbains en réaménageant l’espace public. L’ombrière de la place Pey Berland, qui sera mise en œuvre à compter du 11 juillet en préparation d’une réalisation plus pérenne sur cette place, en constitue un exemple marquant.
  • Préserver les espaces arborés face à l’artificialisation des sols, conformément au PLU qui fixe à 50% la part d’espaces naturels sur le territoire métropolitain. La décision de consacrer l’îlot du site Bourbon-Faïencerie aux bassins à flot à un jardin de plus de 7000m² montre également l’action concrète engagée par la Ville pour développer de nouveaux espaces ;
  • Rassembler les différents acteurs (associations, chercheurs, élus, services) autour des enjeux de l’arbre en ville au sein d’un Comité de l’arbre en vue de développer une vision prospective, en collaboration avec les principaux propriétaires fonciers publics, parapublics et privés (bailleurs sociaux, promoteurs, hôpitaux…) et d’émettre des avis sur toutes les coupes d’arbres ;
  • Sanctionner le non-respect par les professionnels de la réglementation relative à la protection des arbres
  • Développer les zones de protection via les espaces boisés classés et les arbres isolés protégés supplémentaires ;
  • Encourager le public à consulter les données disponibles et mises à disposition volontairement par la Ville, sur le site dédié « Bordeaux nos arbres », ainsi qu’en OpenData ;
  • Développer la pédagogie et la communication préalable
  • Actualiser l’inventaire déjà réalisé du patrimoine arboré sur le domaine public et privé de la ville
  • Associer les habitants aux programmes de plantation et de mise en valeur des arbres, conseiller les propriétaires de jardins privés et encourager les initiatives citoyennes de végétalisation de l’espace public

 

Des mesures concrètes, qui ont l’ambition d’encourager le développement de nouvelles plantes dans la métropole.