Home / Actualités  / Coffee sugar : une application de rencontres solidaires à Bordeaux

Coffee sugar : une application de rencontres solidaires à Bordeaux

Lancé il y a un mois par le bordelais Arnaud Meliande, l’application de rencontre “Coffee Sugar” se veut solidaire : les rendez-vous donnés permettent de récolter des “sugars”, afin d’inviter son rencard autour d’un café, ou de les reverser à une association partenaire. 

 

L’application se veut différente des sites de rencontres existants, où les conversations virtuelles, sans fin, ne débouchent pas toujours sur un rendez-vous “réel”.

Bordeaux, la 5e ville la plus célibataire de France

D’après une étude récente dévoilée par l’Internaute, Bordeaux serait la 5e ville qui accueille le plus de célibataires dans l’hexagone. Devant Rouen, notre chère métropole compterait, d’après l’Insee, 56,28 % de célibataires au sein la population des plus de quinze ans.

 

Si Bordeaux n’a pas encore détrôné Lille, qui siège à la première place avec 60,20% de célibataires, elle ouvre tout de même de nombreuses perspectives pour tous ceux qui n’ont pas encore rencontré l’âme soeur.

Coffee Sugar, une appli de rencontre bordelaise

Coffee sugar se veut être une application de rencontres sociales, pour des rencontres amicales, amoureuses ou professionnelles. Le concept, se voir “en vrai”, car à chaque nouvelle entrevue, on gagne des points (des “sugars”) qui peuvent être ensuite utilisés soit pour inviter la personne qui nous intéresse, soit être convertis en argent pour les reverser à des associations caritatives.

 

Pour son fondateur, Arnaud Meliande, “l’idée est que les gens se rencontrent un maximum, nous incitons à la rencontre grâce au jeu, afin que les gens ne restent pas derrière leur téléphone à discuter pendant des semaines, voire des mois.” Ici, plus vite on se rencontre, plus on gagne de points. “On essaie de faire un jeu qui favorise la rencontre spontanée et directe.”

 

Lancé il y a un mois, Coffee Sugar est un projet de longue date pour son fondateur. Arrivé à la trentaine, au bord du burn out, il décide de changer de cap. A l’époque célibataire, il déplore la profusion d’applications de rencontres “qui manquent cruellement d’humanité.”

 

“Tous les sites de rencontres ont repris le système du “match à tout prix”, c’est un leurre, au contraire souvent potentiellement les opposés peuvent s’attirer et l’alchimie d’une belle rencontre ne peut pas être mise sous forme d’équation. Pour voir si ça peut fonctionner avec une personne et que le courant passe, il faut se rencontrer. Ca crée du lien, et si ça ne marche pas, au moins on gagne des points qu’on va pouvoir utiliser pour des associations.”

 

Ces associations partenaires sont par exemple “Surf Rider”, pour la sauvegarde des océans et des littoraux, “Vénus”, association de défense et de protection des animaux, “Rêves”, qui offre des parenthèses heureuses aux enfants gravement malades, ou encore “On est là”, qui soutien les jeunes face au cancer.

 

Une initiative solidaire et engagée, pour créer du lien, vite oubliée dans une métropole de plus en plus peuplée comme la notre !

 


Facebook