Home / Actualités  / Plage de la Salie évacuée : les requins bleus sont-ils dangereux ?

Plage de la Salie évacuée : les requins bleus sont-ils dangereux ?

Les requins bleus qui s’approchent parfois de nos côtes sont-ils dangereux pour l’homme ?

 

Leurs passages à proximité de nos côtes sont qualifiés de fréquents par le centre de la Mer à Biarritz. Pas plus tard qu’hier la plage de la Salie, sur le Bassin d’Arcachon, a été évacuée après qu’un requin ait été aperçu à quelques du bord. Grosse frayeur également pour les jeunes surfeurs de Seignosse (Landes) qui, en mai dernier, ont été sortis de l’eau par leur moniteur, après que ce dernier ait remarqué un aileron a proximité . Il avait alors filmé la scène.

 

 

D’après les spécialistes, ces deux squales, très présents dans les eaux tempérées, appartiennent à l’espèce “des requins bleu ou peau bleue” (Prionace glauca).

Sont-ils dangereux pour l’homme ?

Suite à la diffusion de cette vidéo, Iker Castège, le directeur du Centre de la Mer de Biarritz, interrogé par Sud-Ouest tentait de rassurer les baigneurs « Il n’y a jamais eu d’attaques de requins dans le Golfe de Gascogne ». Et pour cause, ces requins peau bleue ne sont pas recensés parmi les espèces dangereuses, car ils attaquent très rarement l’homme. Leur alimentation se compose de calmars, de poissons, d’autres petits requins, de crustacés et plus exceptionnellement d’oiseaux et de cadavres de mammifères marins. De plus, ils sont pélagiques, bien que des juvéniles soient parfois observés près des côtes.

 

Mais s’ils sont peu agressifs, ces requins sont en revanche très curieux et s’approchent souvent des plongeurs et des pêcheurs en particulier si de la nourriture est disponible. Selon l’ISAF ( L’International Shark Attack File, document qui recense toutes les attaques dans le monde) , le requin bleu est responsable de 13 morsures non provoquées dans le monde. Trois attaques documentées résultent de catastrophes aériennes ou maritimes et plusieurs comptes rendus font état de requins bleus attaquant des marins naufragés flottant en haute mer.

 

Aussi, “Bien qu’il ne soit pas ouvertement agressif, ce n’est pas un requin timide et doit être abordé avec prudence” précise les spécialistes.

 

Source