Home / Actualités  / Campagne Glyphosate : quels sont les résultats en Aquitaine ?

Campagne Glyphosate : quels sont les résultats en Aquitaine ?

Lancée en avril 2018,l’association Campagne Glyphosate a fait escale dans le Médoc en juin dernier. Après une série d’analyses d’urine réalisée sur 87 volontaires, les résultats, dévoilés ce jour, révèlent qu’ils sont tous contaminés par l’herbicide de synthèse.

 

A l’origine de l’association Campagne Glyphosate, de jeunes ariégeois qui ont souhaité montrer la présence de pesticides en chacun d’entre nous, à des niveaux plus ou moins significatifs, mais non moins toxiques. L’objectif, sensibiliser le grand public, les utilisateurs et les décideurs, puis lancer des dépôts de plainte individuels “contre les responsables du maintien de ce produit sur le marché pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteinte à l’environnement” explique l’association.

 

Des réunions publiques sont organisées dans différentes villes de France à la demande de citoyens, puis une campagne de prélèvement est mise en place. 85 euros sont demandés pour un prélèvement simple, et 135 euros si l’intéressé souhaite y ajouter un dépôt de plainte, en cas de résultat positif. “Ce qui est la cas de presque la majorité de ceux qui y participent” explique Marie-Lys Bibeyran, du collectif Info Medoc Pesticides. Dans le Médoc, où le collectif a soutenu cette démarche, en juin dernier, 44 volontaires à Cussac-Fort-Médoc et 43 au Haillan se sont soumis à un test d’urines matinal, afin de déterminer le taux de glyphosate dans leur organisme.

Du glyphosate à tous les niveaux

Les résultats de la campagne sont sans appel : tous ont du glyphosate dans leurs urines, et donc dans leur organisme. Marie-Lys Bibeyran explique “qu’ils soient à proximité immédiate ou plus éloignés de champs ou de vignes, qu’ils consomment Bio ou pas, qu’ils soient jeunes y compris très jeunes ou âgés, urbains ou ruraux, tous sont contaminés A des taux plus ou moins élevés, sur 5300 analyses réalisées pour la France, la moyenne nationale est de 1.2 ng/ml, avec 3 personnes sous le seuil de détection qui est de 0.075 ng/ml  et un maximum détecté de  7 ng/ml !  Quand dans le même temps, le taux de glyphosate dans l’eau du robinet ne doit pas dépasser 0.1 ng/ml selon un arrêté du 11 janvier 2007* relatif aux limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine.

 

Pour l’heure, 5000 plaintes sont prévues en France, et 2000 ont déjà été déposées. Elles seront individuelles, puisque la France ne prévoit pas d’action juridique collective dans ce cadre là. La plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie et atteintes à l’environnement » sera déposée au greffe du Tribunal de Grande Instance dont ils dépendent géographiquement et envoyée au Pôle de Santé Publique du Parquet de Paris.

 

D’autres campagnes de prélèvement seront organisées en Gironde d’ici la fin de l’année, notamment à Libourne, Langon, la Teste de Buch et Le Haillan.