Home / Actualités  / A Bordeaux, une enquête inquiétante sur la pollution de l’air dans les écoles, crèches et Ehpad

A Bordeaux, une enquête inquiétante sur la pollution de l’air dans les écoles, crèches et Ehpad

Le journal Sud Ouest a publié ce 17 septembre une étude réalisée par ses soins, qui mesure la qualité de l’air dans 560 écoles,  240 crèches et 179 Ehpad de la Métropole. Si seulement deux établissements “se situent dans un environnement où les normes de qualité de l’air française et européenne ne sont pas respectées”, l’étude révèle que “seul 1 établissement sur 5 de la Métropole bordelaise bénéficie d’un air de “bonne qualité””.

 

Les résultats de l’ enquête inédite menée par les journalistes du quotidien Sud Ouest font froid dans le dos.

 

Ils révèlent en effet que deux polluants particulièrement nocifs pour la santé, sont présents dans l’air bordelais. Le dioxyde d’azote, émis en particulier par les véhicules à moteur et les centrales thermiques, est le polluant majeur de l’atmosphère terrestre, et les particules fines PM10, qui sont en réalité de la poussière. Dans le cas de la pollution de l’air, ces poussières sont souvent issues de combustions qui ne sont pas totales et pénètrent en profondeur dans les poumons. Elles sont à l’origine d’inflammations, et l’aggravation de l’état de santé des personnes atteintes de maladies cardiaques et pulmonaires. De plus, elles peuvent transporter des composés cancérigènes absorbés sur leur surface jusque dans les poumons selon Respire, l’association nationale pour la prévention et l’amélioration de la qualité de l’air.

 

Sud Ouest a donc analysé la présence de ces deux polluants majeurs aux alentours des Ephad, des crèches et des écoles.  Deux d’entre elles se situent dans un environnement “où les normes de qualité de l’air française et européennes ne sont pas respectées” dont l’école Anne Sylvestre à Bordeaux. 24 établissements de cette étude restent à la limite, avec une concentration Supérieure à 30 μg/m3.

Comment y remédier ?

L’association Respire a lancé une campagne dans les écoles et établissements dédiés à la petite enfance. Intitulée “Parents d’élèves, vous pouvez agir”, elle répertorie ces solutions en quatre grands thèmes : “ce que vous parents, pouvez faire”, “ce que vous pouvez demander à l’école”, “ce que vous pouvez demander à la mairie” et “ce que vous pouvez demander à la région et au département”. Parmi ces mesures, limiter la dépose en voiture, demander l’installation de capteurs de pollution dans l’école, demander la végétalisation aux abords de l’école ou encore étendre la prime à l’achat de vélo / VAE.

 

Une question qui devrait être au coeur de la campagne des municipales, résolument tournée vers les problématiques environnementales de la métropole.