Home / Actualités  / Nicolas Florian, toujours en tête pour les municipales de 2020 à Bordeaux

Nicolas Florian, toujours en tête pour les municipales de 2020 à Bordeaux

Tandis que le dernier sondage en date, réalisé par Ifop et commandé par Esprit Bordeaux, le parti/association proche de Nicolas Florian,  le donnait favori à 45% des intentions de vote, cette nouvelle étude présente des résultats plus serrés pour les différents candidats déjà lancés dans la campagne.

 

En pleine course pour les municipales de mars 2020, La Tribune publie ce 9 octobre un sondage réalisé pour le journal économique et financier, par le cabinet d’études et de conseil Elabe.

Le maire de Bordeaux toujours en tête

Si le maire de Bordeaux, désigné par Alain Juppé en février dernier pour lui succéder après son départ précipité pour le conseil constitutionnel, a annoncé qu’il n’entrerait en campagne véritablement qu’en janvier prochain, il est pourtant d’ores et déjà bien placé dans la course. Selon le sondage commandé par La Tribune, Nicolas Florian, soutenu par Les Républicains, le parti qui était jusqu’alors le sien (il a annoncé se présenter sous aucune bannière pour les municipales), serait crédité de 31,5 à 32,5 % selon deux hypothèses soulevées par le sondage “la première avec une liste menée par Matthieu Rouveyre soutenue par le Parti socialiste, la seconde avec le ralliement des socialistes aux écologistes dans le cadre d’une liste menée par Pierre Hurmic” explique l’article de La Tribune.

 

Un match moins serré que pour le sondage d’Ipsos, mais qui laisse Nicolas Florian en tête. Il serait d’ailleurs, selon le même sondage d’Elabe, le candidat le plus connu des bordelais.

Les écologistes sur le podium

Quelques pas seulement derrière Nicolas Florian, la liste des écologistes menée par Pierre Hurmic réalise “une véritable percée avec 24,5 % des intentions de vote“. Une progression qui confirme la montée en puissance des écologistes dans la métropole, après des résultats encourageants aux dernières élections européennes (21,55%). Pourtant, le candidat Pierre Hurmic est encore peu connu des bordelais : 71% des sondés avouent ne pas le connaître.

 

Quant à Thomas Cazenave, le candidat de La République en Marche investit début juillet, il se positionne en 3e place, mais à seulement 11,5 à 13 % des intentions de vote. Le bordelais d’origine, actuellement délégué interministériel à la transformation publique auprès du Premier ministre Edouard Philippe, doit encore faire ses preuves auprès des bordelais, malgré le bon score de LREM, arrivé en tête des européennes à Bordeaux (29,47%).

 

Les autres candidats, Vincent Feltesse (ex-PS), Loic Prudhomme (La France Insoumise), Bruno Paluteau (Rassemblement national) et Pascal Jarty (sans étiquette) sont encore loin derrière le peloton de tête. Mais il reste encore cinq mois aux candidats pour faire leurs preuves auprès des bordelais, et obtenir les clés du Palais Rohan. Une opportunité de taille après le départ d’Alain Juppé, qui a dirigé la ville pendant près de 25 ans, et qui, selon le sondage de La Tribune, était à 99% connu “au moins de nom“.