Home / Actualités  / Le saviez-vous : le secrétariat officiel du Père Noël se trouve à … Libourne !

Le saviez-vous : le secrétariat officiel du Père Noël se trouve à … Libourne !

père noël

Dans quelques semaines, c’est noël ! Si les traditionnels sapins vont bientôt retrouver leur place dans les salons français, il est temps pour les plus petits d’envoyer leurs listes de cadeaux au barbu tout de rouge et blanc vêtu. Mais au fait : quelle est son adresse ?

 

Il fut une époque ou le minitel et des numéros surtaxés avaient récupéré le marché de ses fameuses lettres au Père Noel. Mais, même avec l’avènement du net, et toute sa cohorte de messageries instantanées, de mails, ou de réseaux sociaux : la tradition du courrier manuscrit perdure. Et c’est une bonne chose.
D’une part parce qu’elle exerce les plus petits à ce bel art qu’est l’écriture. D’autre part parce que les parents, accompagnant leurs rejetons dans l’exercice, peuvent connaitre les doléances de leurs chères têtes blondes.

Né en 1962

Et cette tradition épistolaire ne date pas d’hier. Elle a été institutionnalisée par Jacques Marette, alors ministre de PTT , (Les Postes, Télégraphes et Téléphones), (si, si ça a existé), en 1962, qui a crée le Secrétariat du Père Noël. L’histoire (et wikipedia) raconte que ce service serait né après que deux receveuses de la poste, Odette Ménager et Magdeleine Homo, eurent signifié leur frustration de ne pouvoir acheminer le courrier destiné au Père Noël jusqu’à ce dernier. L’une d’elle ayant même pris l’initiative de répondre personnellement, seule et en cachette, durant 12 ans, aux centaines de lettres des enfants de son village.

 

C’est ainsi qu’est né ce “secrétariat”. Un service assuré par La Poste, qui s’est installé, depuis sa naissance, à …Libourne ! Une équipe se charge, depuis plus d’un demi siècle, de répondre aux lettres des petits français. Elle est à ce jour, la seule habilitée à effectuer l’opération, en ouvrant les courriers, afin de retrouver l’adresse de l’expéditeur.

 

Pour l’anecdote : La première carte-réponse était illustrée par René Chag et comportait un texte écrit par Françoise Dolto, psychanalyste et sœur du ministre des PTT de l’époque Jacques Marette.