Home / Actualités  / Confinement : durcissement des mesures en France

Confinement : durcissement des mesures en France

Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce lundi 23 mars de nouvelles mesures concernant le confinement en France afin de le rendre plus drastique. En effet, les sorties sont notamment réduites, et une nouvelle attestation sera à télécharger dans les prochains jours. 

 

Dimanche 22 mars, le Parlement a adopté un texte « d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 » publié ce 24 mars. Il déclare entre autres l’« état d’urgence sanitaire », sur le modèle de l’état d’urgence prévu par une loi de 1955, activé après les attentats de novembre 2015.

Restez chez vous !

L’objectif de ces nouvelles mesures est d’encourager les français à rester chez eux, pour tenter de lutter contre l’épidémie de covid-19, qui a déjà fait 860 morts en France. En Nouvelle-Aquitaine, 65 nouveaux cas étaient confirmés le 23 mars, portant à 656 le nombre de cas recensés par Santé publique France. De surcroît, comme l’a expliqué le Dr Habold, directeur de la santé publique à l’ARS (Agence Régionale de Santé) Nouvelle-Aquitaine, les patients actuellement en réanimation ne sont pas exclusivement des personnes fragiles de plus de 60 ans, “mais aussi de moins de 30 et 40 ans sans défaillance particulière.”

 

De fait, pour que le confinement puisse faire effet, les français doivent rester chez eux. Alors, le premier ministre a énoncé plusieurs mesures destinées à durcir celles déjà établies le 17 mars. A savoir, il n’est désormais plus possible de faire du sport en extérieur le temps que l’on souhaite, mais cette activité doit se résumer à “un rayon de 1 km de chez soi, maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour” a expliqué le chef du gouvernement. D’autre part, l’amende forfaitaire de 135 euros passera à 1 500 euros en cas de récidive « dans les quinze jours », et « quatre violations dans les trente jours » pourront valoir jusqu’à « 3 700 euros d’amende et six mois de prison ». Si pour l’heure Bordeaux n’a pas encore instauré de couvre-feu, c’est le cas pourtant du Cap Ferret de 22h à 5h du matin, de Marmande, ou encore de Poitiers.

 

Quant aux marchés en plein air, ils sont désormais interdits, sauf dérogation demandées par les maires de certaines communes, s’il s’agit de marchés indispensables, locaux et de proximité. Les préfets étudieront de près ces demandes.