Home / Actualités  / La Nouvelle-Aquitaine atteint un “plateau”, le nombre d’hospitalisations en baisse

La Nouvelle-Aquitaine atteint un “plateau”, le nombre d’hospitalisations en baisse

La Nouvelle-Aquitaine suit elle aussi la tendance qui s’amorce sur le territoire français depuis 48h, avec une baisse du nombre d’hospitalisations et du nombre de patients en réanimation. 

 

Tandis que le covid-19 a causé la perte de 17 920 personnes en France et a fait 140 000 morts à travers le monde, une lueur d’espoir pointe depuis quelques jours. Celui du “plateau” tant attendu, qui, s’il ne signifie pas que l’épidémie est en baisse, indique plutôt qu’elle se stabilise avant une probable décrue.

 

Evolution de l’épidémie en Nouvelle-Aquitaine

Comme l’a indiqué le Dr Daniel Habold, directeur de la Santé Publique de l’Agence Régionale de Santé, cette baisse de patients hospitalisés et en réanimation arrive pour la “première fois” et confirme les “bienfaits du confinement“. En effet, au 16 avril, 812 personnes sont actuellement hospitalisées (-16 par rapport à la veille), 220 personnes sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs (- 16 par rapport à la veille) et 973 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie (+49 par rapport à la veille). Une “lueur d’espoir” selon le Dr Habold, qui est l’une des conditions préalables du déconfinement.

 

Mais, l’a-t-il rappelé, les efforts de chacun doivent se poursuivent pour tenter d’y arriver, et surtout, la sortie du confinement ne sera pas pour autant le retour immédiat à notre vie d’avant.

Les conditions du déconfinement

En Nouvelle-Aquitaine, Daniel Habold a rappelé quelles étaient les conditions qui doivent être réunies pour pouvoir sortir de cette période confinée.

 

Tout d’abord, la capacité d’absorption des hôpitaux, qui doit revenir à la hausse, pour tenter de contenir les prochaines vagues épidémiques, – “des vaguelettes, espérons le” a précisé le Dr Habold – qui pourraient survenir à l’issue du déconfinement.

 

Mais aussi la montée en puissance de dépistages via des tests sérologiques PCR qui sont aujourd’hui de 4 000 par jour en Nouvelle-Aquitaine “et qui passeront à 10 000 à partir du 11 mai” a précisé le spécialiste. “Autre condition au-delà de tester des gens, de disposer d’outils à grande échelle de contact tracking pour diminuer les impacts et les clusters avec une échelle plus grande sachant que la Région compte 6 millions d’habitants” a développé le Dr Habold.

 

L’ARS scrute également de près des médicaments testés aux Etats-Unis, atténuateurs de symptômes, qui pourraient être un espoir.

 

Si le Président de la République a annoncé un déconfinement probable et graduel à partir du 11 mai, l’ARS a appuyé cette stratégie par étape. Quant au retour à notre vie d’avant, “il n’y aura pas un ‘on/off’” a expliqué le Dr Habold. “Pour pas se faire reprendre de vitesse par l’épidémie, il faudra intégrer et renforcer les mesures barrières dans notre réadaptation à la vie” a-t-il conclu.