Home / Actualités  / Bordeaux : une minute de silence en hommage à Samuel Paty, les drapeaux en berne

Bordeaux : une minute de silence en hommage à Samuel Paty, les drapeaux en berne

Après le rassemblement qui s’est tenu ce 18 octobre place de la Bourse à Bordeaux en mémoire de Samuel Paty, rassemblant des milliers de personnes, un hommage lui sera rendu ce 19 octobre à Bordeaux : “Les élus du conseil municipal et les habitants sont invités à respecter une minute de silence, à midi” a indiqué la municipalité dans un communiqué. Les drapeaux de l’hôtel de ville seront également en berne. 

 

Des rassemblements ont eu lieu dans toute la France ce dimanche, pour rendre hommage au professeur d’histoire-géographie d’un collège de Conflans-Saint-Honorine dans les Yvelines, vendredi 16 octobre.

“Attachement sans faille à l’école de la République et à la liberté d’expression”

Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic, via un communiqué de presse, a indiqué “Pour marquer leur solidarité envers les proches de Samuel Paty, professeur à Conflans Saint-Honorine, et envers la communauté éducative, les élus du conseil municipal de Bordeaux se rassembleront lundi midi dans la cour de l’hôtel de ville. Pierre Hurmic invite les Bordelaises et Bordelais à respecter au même momentet là où ils se trouverontune minute de silence. Les drapeaux de l’hôtel de ville seront mis en berne. Par cet hommage, rappelons notre attachement sans faille à l’école de la République et à la liberté d’expression.

 

Le maire de Pessac Franck Raynal a également indiqué qu’un rassemblement aurait lieu ce lundi 19 octobre à 18h devant sa mairie.

 

Les élus comme les citoyens rassemblés en nombre dimanche, souhaitent apporter leur soutient au professeur Samuel Paty, assassiné en pleine rue ce 16 octobre  par un jeune Tchétchène de 18 ans, après avoir montré des caricatures de Mahomet republiées dans Charlie Hebdo à ses élèves de 4e. « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux, (…) à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment » avait déclaré le meurtrier quelques minutes après le drame, avant d’être abattu par les forces de l’ordre.