Home / Actualités  / Fêtes de fin d’année et covid-19, les conseils du CHU de Bordeaux

Fêtes de fin d’année et covid-19, les conseils du CHU de Bordeaux

A l’approche des fêtes de fin d’année, le directeur du CHU de Bordeaux Yann Bubien, ainsi que l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine et le professeur Denis Malvy, infectiologue au CHU de Bordeaux ont donné ce 16 décembre leurs préconisations lors d’une conférence de presse. Parmi elles, se faire tester en cas de symptômes ou si l’on est cas contact, tout en respectant drastiquement les gestes barrières. 

 

Si la Nouvelle-Aquitaine était plus ou moins épargnée par l’épidémie de Covid-19 qui était en décrue il y a un mois, ce n’est désormais plus le cas. Comme partout en France, les cas de contaminations augmentent, et le personnel soignant est épuisé. L’ensemble de l’équipe médicale a rappelé l’importance cruciale de prendre des précautions tandis que les fêtes de fin d’année vont participer à un brassage important de la population.

La décrue n’est plus

Après une décrue que l’on a connu il y a plus d’un mois, nous avons constaté un plateau et des petits pics d’augmentation, qui incitent à beaucoup de prudence” a expliqué d’emblée Yann Bubien, directeur du CHU de Bordeaux. Le centre hospitalier bordelais compte désormais 143 patients hospitalisés pour Covid-19 dont 43 en réanimation, tandis qu’ils étaient 123 au 9 décembre. Une situation déceptive pour le personnel soignant qui est “épuisé” à une période de congés de fin d’année pour eux aussi.

 

Les indicateurs augmentent particulièrement chez les plus de 75 ans, “à la veille des vacances scolaires et des retrouvailles” a déploré M.Bubien. La vigilance est donc de mise pour éviter que ces fêtes de fin d’année entraînent davantage de contaminations.

Tests et gestes barrières

Parmi les recommandations principales expliquées ce 16 décembre, “s’auto isoler” 5 à 7 jours avant de retrouver ses proches. Surtout, en cas de symptômes et si l’on est cas contact, de se confiner immédiatement, le temps de se faire tester. Plusieurs centres de dépistages sont toujours ouverts, notamment au CHU de Bordeaux, place Pey Berland et Cours Mably. “Ce test n’est pas un passeport d’immunité” ont toutefois tenus à rappeler l’ensemble des professionnels présents. Le maire de Bordeaux Pierre Hurmic, également président du conseil de surveillance du CHU, a ajouté l’importance d’être vigilant dans les lieux fréquentés, notamment dans le centre-ville de Bordeaux.

 

Bien sûr, il a également été rappelé l’importance des gestes barrières (lavage des mains régulier, distanciation sociale et port du masque), en particulier en lieu clot, et de surcroît en famille, en présence de personnes vulnérables.

 

Les vaccins arrivent mais n’éviteront pas la 3e vague” a renchérit le Pr Malvy, ajoutant que si tout le monde est las face à cette épidémie, “en attendant, il faut faire en sorte que notre vie ne soit pas une survie. La vie sociale n’est pas empêchée, elle est plus contrainte” en particulier en cette période hivernale, où le froid est propice à la propagation de l’épidémie.