Home / Actualités  / Bordeaux Métropole : création de 6000 nouveaux logements étudiants d’ici 2030

Bordeaux Métropole : création de 6000 nouveaux logements étudiants d’ici 2030

logements étudiants

Pour répondre aux difficultés rencontrées par les étudiants pour se loger, la Région, l’Etat, Bordeaux Métropole, le CROUS de Bordeaux Aquitaine et la conférence départementale des habitations à loyers modérés en Gironde se sont associés pour atteindre un objectif : arriver à 12 logements sociaux pour 100 étudiants d’ici 2030. Explications.

 

La métropole bordelaise compte aujourd’hui 102 000 étudiants. Ils seront 122 000 en 2030. Mais l’offre sociale actuelle n’est que de 8 600 logements. Cela représente un ratio de 8,5 logements sociaux pour 100 étudiants. C’est en partant de ce triste constat que les acteurs concernés ont décidé de signer ce contrat d’objectifs et d’orientations conclu pour 10 ans (2020-2030). « Il s’agit de pérenniser et coordonner les interventions publiques sur le territoire de la métropole bordelaise pour permettre une accélération importante de la construction de logements étudiants. » explique la Région Nouvelle-Aquitaine et Bordeaux Métropole dans un communiqué presse signé conjointement. « Pour le logement social, les partenaires s’engagent ainsi à augmenter massivement l’offre permettant de passer de 8,5 à 12 logements sociaux pour 100 étudiants, en construisant 6 000 logements d’ici 2030, construire des logements de qualité et adaptés aux besoins des étudiants, prendre en compte les besoins des étudiants les plus précaires. »

Une action qui se poursuit dans le parc privé

Les partenaires se sont engagés à recenser les logements existants dans le parc privé à travers, notamment, la future plateforme numérique métropolitaine qui sera articulée avec la plateforme de la Région « Passeport numérique », mise en ligne en janvier dernier. Ainsi 1 000 places d’hébergements alternatifs seront créées. Elles concernent, par exemple, la cohabitation intergénérationnelle ou l’hébergement à temps partiel. On apprend également dans le communiqué cité plus haut, qu’une « instance politique élargie, appelée « COP », pour comité opérationnel et partenarial, est également prévue pour associer les acteurs du logement étudiant, de l’enseignement supérieur et les collectivités. » Des démarches primordiales lorsqu’on sait que, parmi les freins à l’accès aux formations souhaitées par les jeunes, le logement est le plus important.