Darwin : ouverture de la nouvelle exposition malgré un arrêté de la Mairie

La nouvelle exposition de la Manufacture de Darwin, “Rotspanier” a ouvert ses portes ce week-end. La mairie de Bordeaux avait lancé un arrêté d’interdiction selon lequel “Darwin n’aurait pas transmis de schéma directeur de mise aux normes pour la salle de la manufacture“. Ce que Darwin dément. 

Une exposition symbolique pour Darwin

“Rotspanier” est une exposition proposée par l’association Ay Carmela qui se consacre à la Mémoire des Républicains Espagnols exilés en France suite à la Retirada de 1939. Un évènement qui va tourner partout en France à l’occasion des 80 ans de cette sombre part de l’Histoire. L’association l’avait au départ proposé à la mairie de quartier de Bordeaux-Bastide, qui l’avait décliné, tout en lui indiquant la Caserne Niel. Un lieu propice, puisque c’est dans cette Caserne que les travailleurs forcés du GTE (Groupement Travailleurs Etrangers créé par Vichy en 1940) étaient parqués pendant la construction de la Base Sous-marine de Bordeaux sous commandement nazi. Un “devoir de mémoire” selon Philippe Barre, l’un des fondateurs de Darwin, qui a répondu à la demande de l’association Ay Carmela d’installer une stèle commémorative, monolithe de béton brut, ainsi qu’apposer une plaque de rue à la Mémoire des Républicains Espagnols dans l’Allée Cavalière.

Un arrêté municipal pour interdire l’exposition

L’exposition, inaugurée par une des adjointes de la mairie de Bordeaux, a été interdite par un arrêté de la mairie, pour des raisons de sécurité. La salle de la Manufacture ne répondrait pas aux normes sécuritaires demandées. Philippe Barre s’en défend “ce n’est pas vrai que les publics sont en danger pendant nos évènements. Sinon ils seraient interdits depuis 6 ans.” Il s’explique “Nous ne sommes pas classé par les bâtiments de France, on nous demande le niveau d’équipement des bâtiments neufs. Or dans le cas de la Manufacture, c’est très complexe à avoir sans cacher le patrimoine.” Dans ces conditions, des solutions ont été trouvées “un schéma directeur a été mis en place avec des travaux faits au fur et à mesure. Pour le reste, on a des mesures compensatoires des équipements. Depuis 6 ans, des travaux ont été réalisés pour améliorer la sécurité“.

Pour pallier à ces mesures sécuritaires, la mairie demande à Darwin de réaliser 400 000 euros de travaux pour la sécurité incendie de cette salle. Ce que déplore Philippe Barre “la majorité de nos évènements sont associatifs et gratuits, nous n’avons pas de subvention pour la protection du patrimoine“.

Le bras de fer continue, après un procès ouvert le 15 octobre par l’aménageur BMA pour notamment l’expulsion des Tétrodons et de la ferme de Niel. Pour Philippe Barre, cet arrêté n’arrive pas par hasard : “ça limite l’attractivité du lieu, ça empêche des évènements qu’ils ne veulent plus voir en ce moment“.