« D’un soleil à l’autre » : la nouvelle exposition immersive de la Base sous-marine

La Base sous-marine propose pour l’ouverture de sa programmation 2019, un travail collectif d’artistes autour de l’exploration de notre univers. « Célébration de la conquête spatiale » , « hommage à cette fantasmagorie que représente cette conquête », le commissaire d’exposition Charles Carcopino décrit l’âme d’une exposition pensée comme une véritable odyssée. Voyage immersif dans le temps, elle ouvre ses portes demain au grand public.

« D’un soleil à l’autre » porte le nom d’une conquête de l’univers, initiée par plusieurs artistes vidéastes et plasticiens, « au croisement de la création contemporaine et de la création numérique. »

Une véritable odyssée au coeur de la Base sous-marine

Dès lors que le visiteur aura passé les portes de l’exposition, il sera immédiatement plongé in situ dans un univers en accord avec le lieu. Dans la pénombre, l’exposition s’ouvre avec le travail d’Evelina Domnitch et Dmitry Gelfand, et leur installation mystérieuse. Appuyé d’un système d’éclairage laser et d’un générateur de tourbillon, le duo d’artistes propose, grâce à une mise en scène poétique, l’alchimie entre physique, chimie et informatique. Le ton est donné, celui d’une déambulation dans la pénombre, comme une exploration des confins de notre planète.

Hydrogeny_1 – © Domnitch,Gelfand

brilliant noise © semiconductor

Tour à tour, au gré d’une scénographie réussie, les travaux des différents artistes vont épouser les recoins obscurs de ce lieu historique. Flavien Théry, avec son « Last Trip » et « Inverted relief », reconstitution des plaines de Mars à découvrir grâce à des lunettes 3D.  Eva Medin et son installation « Storm-Square » qui propose un univers inquiétant et fascinant aux jeux de lumières aquatiques et sonores. Le LAb(au), trio d’artistes et leur installation « OMG », référence à la particule « Oh My God », rayon cosmique d’ultra haute énergie. Félicie d’Estienne d’Orves et son installation audiovisuelle « Supernova » qui met en scène la lumière et ses perceptions. Ou encore la salle imaginée par l’artiste, qui recrée le coucher de soleil sur mars, au sein d’un lieu qui invite à la méditation. « D’un soleil à l’autre » s’achève sur « Space Odyssey » d’Etienne Rey, en hommage au film culte de Stanley Kubrick. Une expérience au sein d’un espace où le visiteur perd ses repères, guidé par un mélange de lumières et de son, qui offre une dernière exploration de notre système solaire.

© 2019_photo David GIANCATARINA de FÉLICIE D’ESTIENNE D’ORVES ET ELIANE RADIGUE
Tour Panorama, la Friche, Marseille.
Nov. Déc. 2018

Une exploration autour des sens, et de la musique

L’exposition collective a été imaginée aux côtés d’une scénographie qui épouse celle de la Base sous-marine. Indissociable d’un véritable accompagnement musical, celui-ci joue un rôle prépondérant dans la déambulation au coeur « D’un soleil à l’autre ». Les artistes ont travaillé en étroite collaboration avec des compositeurs. Flavien Théry avec Thomas Poli, Étienne Rey avec Mathias Delplanque ou Wilfried Wendling, Félicie d’Estienne d’Orves avec Laurent Dailleau et Éliane Radigue.

L’un n’existant pas sans l’autre, c’est cette promenade sonore qui rythme l’exposition et lui donne vie, tout en plongeant le visiteur dans une atmosphère hors du temps, celui de l’espace.

Une pause lui est d’ailleurs offerte au milieu de sa visite, avec des vinyles prêtés par la bibliothèque du Grand Parc. Le public est invité à écouter des disques sur le thème de l’exposition, afin de prendre le temps, dans sa visite des confins de l’univers.

C.M


« D’un soleil à l’autre »
Jusqu’au 19 mai 2019

Base sous-marine, 
Boulevard Alfred Daney – Bordeaux