Euratlantique : Le Méridien de la gare, de la haute couture urbaine

Arrivée de la LGV, développement urbain et attractivité… la ville de Bordeaux ne séduit pas que les ménages en quête de douceur de vivre. Elle fait aussi de l’œil à des promoteurs et architectes novateurs, prêts à relever les défis urbains des villes de demain. Le quartier de la gare en est une belle illustration.

À la jonction des quartiers historiques et des nouveaux quartiers développés par Bordeaux Euratlantique, un nouvel axe va se faire jour d’ici 2022 : la déjà célèbre diagonale piétonne reliant la gare Saint-Jean de Bordeaux à la Garonne. Une destination shopping et loisirs de 300 mètres de long et 20 mètres de large, pilotée par le promoteur parisien Apsys, déjà propriétaire de Baugrenelle à Paris notamment.

Credit : Apsys

Entièrement repensé autour de trois temps “vivre, travailler et partager”, les 88 000 m2 qui séparent le fleuve de la gare seront dédiés aux commerces (27000 m2 ), aux logements, hôtels, commerces, restaurants/bars/discothèques et services de proximité.

Sans oublier le somptueux “bâtiment paysage” sur lequel débouchera ce nouvel axe, dédié à la Cité du sport, de la santé et du bien-être. Côté architecture, le discours du cabinet parisien Édouard François, en charge du projet, a de quoi rassurer les amoureux du patrimoine bordelais.

Il assure qu’il “s’appuiera sur les rues et façades remarquables existantes et y connectera terrasses, places, passages, passerelles et bâtiments contemporains pour doter la ville de nouveaux parcours, nouveaux lieux de rencontres et nouveaux points de vue”.

Du neuf avec du vieux en quelque sorte.