Pochoirs de Banksy à Bordeaux : l’oeuvre d’un imitateur ?

Personne, évidemment, ne peut affirmer avec certitude que les deux œuvres, qui ont fait leur apparition dans les rues de Bordeaux ont été réalisées par Banksy. Sauf Banksy lui même. Mais même le street-artist, dont l’identité est toujours inconnue, n’a, à ce jour, pas revendiqué la paternité des deux pochoirs

C’est la folle rumeur qui agite le web depuis samedi. Photographiée par des internautes bordelais, une oeuvre qui ressemble fort au style de Banksy a fait son apparition dans le cours d’Albret. Une petite fille à la main ensanglantée, vêtue d’un gilet jaune qui  rappelle beaucoup la “Petite fille au ballon”.

Personnage récurrent dans l’oeuvre du street-artist : un rat brandissant un panneau Ric aurait été vu sur la place de la Bourse.

Alors Banksy ou imitateur ?

Dans le flot d’articles parus dans la presse  sur le sujet, les avis d’experts semblent pourtant trancher en faveur de la seconde hypothèse.  Et pour cause, “Banksy ne signe jamais ses œuvres“,  explique Pierre Lecarroz, Président de l’association Pôle Magnetic, au micro de France 3 Aquitaine. Or la variante de la petite fille au ballon, toujours visible sur le cours d’Albret, comporte une signature, retournée qui plus est.

Second élément “Banksy authentifie toujours ses interventions à travers son compte instagram“, poursuit l’expert. Chose qu’il n’a pas faite, à ce jour, pour les deux œuvres bordelaises.

Mais le doute persiste…

Certains éléments, font en revanche penser que les deux pochoirs aurait été réalisés par l’artiste. Outre les dessins, proches du style de l’artiste de rue,  il y a une troublante coïncidence entre leur apparition et le passage du groupe Massive Attack, le 14 février dernier pour un concert à l’Arkéa Arena. Une nouvelle preuve qui accréditerait la théorie selon laquelle Banksy ne serait autre que Robert del Naja, chanteur du groupe.

Autre argument : l’idée que l’artiste notoirement pacifiste, s’engage aux côtés des gilets jaunes contre les violences policières, dans l’un des bastions de la manifestation, ne semble pas si incongrue…

Alors que croire ?