Portrait de Ludovic, chargé de la programmation du Krakatoa

Le Krakatoa est une salle mythique à Bordeaux. Depuis les années 1990, elle a accueilli des grands noms tels que Noir Desir, Ben Harper, Tryo, Louise Attaque ou plus récemment Lilly Wood and The Prick mais également d’autres noms moins connus mais tout aussi envoûtants. Aujourd’hui nous vous emmenons à la rencontre de Ludovic, Chargé de la programmation du Krakatoa, il nous raconte les dessous de ce phénomène.

Parlez-nous du Krakatoa, comment définissez vous la programmation ?

Le Krakatoa, c’est d’abord une salle avec une histoire riche et une identité forte. Quand vous entrez dans la salle, vous pouvez regarder au sol la liste des artistes qui sont passés ici et vous verrez c’est impressionnant. Certains comme MUSE, remplissent des stades aujourd’hui. A côté de ça il y a une équipe jeune et ultra motivée qui n’était pas née quand la salle a ouvert et la programmation est à l’image de ce qu’est la salle. Elle cherche à être ouverte, actuelle, mais avec de la mémoire et une exigence artistique forte.

Comment se déroule l’organisation avant un concert ?
Un concert c’est un long cheminement. Ça commence plusieurs mois en amont de la date et ça s’intensifie à l’approche du concert. Une fois qu’une date est programmée, on met en vente la billetterie, l’équipe de communication attaque la promo sur tous les supports possibles et le web. Puis notre régisseur général s’occupe d’organiser l’accueil des groupes ( repas, hôtels, transports…) et toute la technique, l’embauche du personnel nécessaire pour que tout se passe bien. L’accueil des artistes et du public c’est ce qu’il y a de plus important dans un concert. C’est ce qui va permettre que tout le monde passe un bon moment.

Quel est votre style de musique ?
J’aime le folk, le rock indé, la soul, l’électro, la chanson française quand elle est originale… plein de choses différentes mais comme je le disais plus tôt, j’essaye d’avoir une certaine exigence dans mes choix artistiques. Ce qui compte c’est d’avoir une programmation cohérente, riche et variée.

Pouvez-vous nous dévoiler quelques têtes d’affiche qui passeront dans les mois à venir ?
Ah ah ! La programmation jusqu’à l’été est maintenant dévoilée… Pour l’automne, il va y avoir plein de belles choses et des surprises, mais tout ça est encore en négociation donc je ne peux pas en parler .

Quel est votre parcours ? Avez vous une formation dans la musique ?
Je suis musicien, je joue toujours et je mène mes activités de programmateur et de production de concerts en parallèle de ma vie d’artiste. J’ai toujours fait les 2. Etre des 2 côtés de la barrière, c’est comme ça que je trouve mon équilibre. Je travaille depuis 20 ans pour les Trans Musicales à Rennes. C’est le plus grand festival défricheur sur les musiques actuelles en Europe, mais ce n’est pas moi le programmateur. A côté de ça je fais la programmation dans toutes les salles de Rennes depuis plus de 10 ans pour le compte de la filiale du festival, qui s’appelle Pip Pop concerts.

Etes vous au Krakatoa depuis longtemps ?
Non. Je viens juste d’arriver au Krakatoa. J’ai remplacé David Lespès en Janvier qui est une figure historique du rock bordelais et qui était le programmateur du Krakatoa depuis de nombreuses années.

Avez vous déjà travaillé pour un label ?
Oui. En quelque sorte…J’ai eu mon propre label dans les années 2000. Il s’appelait Mobil-Home Recordings. On produisait du breakbeat, qui est une des familles des musiques électroniques.

Des nouveautés à venir ?
Oui plein mais c’est encore secret… Des nouveaux formats de soirées et de concerts pour l’automne sont en préparation. On va essayer d’inviter les bordelais à de nouveaux rendez-vous au Krakatoa et j’espère que ça plaira…


http://www.krakatoa.org
Avenue Victor Hugo, Mérignac