Rachel, la bergère de Cenon

En octobre dernier, le parc des Coteaux publiait une annonce de recrutement pour le moins saugrenue : un(e) berger(ère) en charge d’un troupeau d’environ 80 animaux de races rustiques et 60 hectares de prairies. Il semblerait que Le Groupement d’Intérêt Public ait trouvé sa perle rare. 

L’idée est certes surprenante, mais écologiquement nécessaire. Situé sur la rive droite, le parc des Coteaux offre 400 ha d’espaces naturels une dizaine de belvédères avec vues inédites sur Bordeaux, 1 ferme urbaine, 2 centres équestres, des terrains de sport de plein air et des équipements sportifs, des pôles culturels dont le Rocher de Palmer. Au coeur de son engagement en faveur de l’environnement, le GPV Rive Droite a lancé cette année une expérimentation de pâturage itinérant. Le troupeau devrait faire ses premiers pas d’ici mars, au coeur d’un parc d’envergure établi en pleine ville.

L’appel du berger(ère)

Pour prendre soin de ce petit monde, le GPV Rive Droite a lancé un recrutement original, pour trouver le berger(ère) en charge de ce troupeau à Cenon.

Un appel à candidature qui a fait des émules, puisque 45 candidatures ont été proposées, avec la sélection de 8 candidats. L’annonce laissait rêveur : « La bergère, ou le berger, sera en charge de la gestion écologique des prairies et des sous-bois via la conduite d’un pâturage itinérant dans le parc des Coteaux (240 ha d’espaces publics) de la Rive Droite bordelaise. Un troupeau d’environ 80 animaux de races rustiques (majoritairement ovins et quelques caprins) est envisagé, et 60 hectares de prairies ont été identifiés, dont une partie correspond à des prairies calcicoles, spécifiques aux coteaux du parc. Pour ce poste de berger.ère, le Grand Projet des Villes Rive Droite recherche une personne autonomeayant déjà l’expérience de la conduite de troupeaux, prête à s’impliquer dans le développement de ce projet à fort potentiel. Après deux années d’expérimentation (2019-2020), il s’agit de développer et pérenniser le projet. »

© Nathan Torres

Rachel Léobet, la nouvelle cheffe de troupeau

Le GPV a trouvé sa perle rare en Rachel Léobet, 29 ans. Après un BTS d’analyse et conduite des systèmes d’exploitation en 2012 et une licence pro de gestion animation des espaces montagnards et pastoraux en 2013, Rachel a travaillé comme chevrière-fromagère dans plusieurs exploitations du Lot-et-Garonne, notamment, avant d’intégrer la société d’écopâturage Ecomouton comme bergère ouvrière paysagiste. Rachel est férue de nature, et passionnée par cette profession. Son père, éleveur de brebis à côté de Limoges « lui a refilé le virus ». Elle raconte que ce qui lui a plu dans ce projet, « c’est de créer le contact entre le monde urbain et rural. » Et d’ajouter, « peut-être que cela permettra aux gens de renouer le lien avec le monde animal ».

Le profil idéal pour rejoindre ce projet expérimental, qui s’inscrit dans un engagement écologique de taille et de préservation des espèces, dans ce parc qui offre 25 km de balade aux habitants de la métropole.

La nouvelle bergère du Parc des Coteaux a rejoint l’équipe le 4 février, et prépare l’arrivée du troupeau, en repérant les endroits propices pour le faire pâturer, tout en s’imprégnant du territoire. Elle a rencontré ceux qu’elle bichonnera, qui devraient être une trentaine pour commencer.

Une raison de plus d’arpenter cette parenthèse verdoyante en plein coeur de ville.