Une baisse de la taxe foncière votée par le conseil municipal

Ce lundi, le nouveau maire de Bordeaux Nicolas Florian présidait son premier conseil municipal. Au programme, plusieurs mesures fiscales dont le vote des taux de la taxe d’habitation et des taxes foncières 2019.

Des mesures pour alléger les impôts locaux

Bordeaux est l’une des villes de France où le montant de la taxe d’habitation est le plus haut, après Marseille, et la seconde pour sa taxe foncière après Nice. Ainsi, Nicolas Florian a proposé de baisser le taux de la taxe foncière de la ville à 1% en 2019. «  Nous nous engageons vers une politique de baisse durable de notre fiscalité locale et répondons ainsi, à notre échelle, à l’attente de nos concitoyens pour davantage de modération fiscale » a déclaré le maire. Une décision qui a été adoptée par le conseil municipal, réuni hier. Cette baisse concerne la taxe foncière sur les propriétés bâties, afin de pallier la revalorisation sur les contributions des ménages, de +2,2% en 2019. Le taux de ces propriétés passera donc de 29,51% à 29,21%. Un effort estimé à près de 1,3 millions d’euros.

Une baisse peu significative pour les propriétaires

Même si cette baisse a le mérite d’exister, elle sera difficilement remarquable dans le portefeuille des intéressés. En effet, celle-ci permettra de limiter la hausse du taux due à l’augmentation des bases de calcul de l’Etat. En somme, les Bordelais verront tout de même augmenter leur taxe foncière, une hausse que La Ville tente de limiter. D’après Matthieu Rouveyre, élu socialiste de Gironde, « cela va compenser en partie une augmentation forte des bases », sans pour autant baisser véritablement le montant de cette taxe.

Une décision critiquée par l’opposition lors du conseil municipal, qui regrette que des efforts ne soient pas fournis envers les foyers les plus modestes. Matthieu Rouveyre ajoute, « dans le dernier palmarès communiqué par le cabinet SFL, Bordeaux est bien championne de la fiscalité locale. Pourtant, nos services publics sont-ils plus importants qu’ailleurs ? Il manque des équipements sportifs, des équipements de petite enfance … ». Nicolas Florian, de son coté, se félicite de cette mesure votée, indiquant « depuis 2014, grâce aux efforts de maîtrise de nos dépenses, nous avons réuni les conditions permettant d’engager ce mouvement de baisse de notre fiscalité sans mettre en difficulté les finances de la Ville ».

C.M